01/04/2018

Le poisson d'avril du Matin Dimanche

On peut lire aujourd’hui, dans le Matin Dimanche, que la question que tout le monde se pose à Genève est de savoir comment Genève en Marche finance sa campagne électorale. Monsieur Benjamin Keller, qui êtes-vous pour parler au nom de tous les Genevois ? Croyez-vous vraiment que la préoccupation de tous les citoyens est de savoir d’où proviennent les fonds de GeM ? Si c’est le cas, patience, vous le saurez bientôt.

En lisant cet « article-enquête » on a l’impression d’ouvrir les pages d’une presse à scandale ou d’un canard de dernière catégorie de nos amis et voisins Français, qui subissent depuis bien plus longtemps que nous ce courant « intellectuel et bien pensant » nous assénant qu’avoir de l’argent est honteux et forcément malhonnête.

Lorsqu’il va investiguer auprès des autres partis qui eux, à la différence de « tous les Genevois », semblent très inquiets, notre Sherlock Holmes de service reçoit des réponses pour le moins surprenantes et qui, il faut le dire, transpirent la jalousie : le MCG et un autre parti (on ne saura pas lequel) n’hésitent pas à traiter Monsieur Ronald Zacharias de radin, car il n’aurait donné « que » 20'000 francs lorsqu’il était candidat en 2013. Le ton du PDC, par la voix de son président, est quand à lui revendicateur et hautain comme à son habitude, je cite : « Il faut que quelqu’un m’explique comment un parti qui débute peut mettre autant d’argent », encore une fois patience, Monseigneur, quelqu’un vous l’expliquera bientôt.

Par pitié, Monsieur Benjamin Keller, essayez d’élever un peu le débat et parlez nous plutôt d’embauche de travailleurs au lieu de débauche de moyens, débattez sur les moyens de soutenir nos pme qui traversent des moments difficiles, parlez de l’interdiction de résiliation de bails pour les retraités, ou du lobby des compagnies d’assurances maladie.

Ou alors lancez-vous dans la TV réalité, vous pourriez faire péter l’audimat.

12:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |