27/10/2018

Histoire vraie

Voici une « anecdote » qui prouve encore une fois (si besoin était) l’efficacité de notre fonction publique genevoise:


Julien sort de ses trois années d’apprentissage. Après avoir passé et réussi ses examens, il décide de chercher un emploi dans la sécurité, ce qu’il parvient assez rapidement à faire, son profil et ses entretiens d’embauche étant tout-à-fait satisfaisants. Il décroche donc un contrat de travail auprès d’une grande boîte du secteur. Le domaine de la sécurité privée semble bien se porter, en tous cas pour l’entreprise en question : il y aurait plusieurs missions à attribuer au jeune homme dès le lendemain de son admission au sein de la compagnie. Seulement voilà, il y a un « hic », car le jeune homme ne peut pas commencer à travailler sans être en possession de sa carte de légitimation délivrée par la police, ce qui semble effectivement normal. Au moment de signer son contrat, son employeur lui avait précisé que malheureusement un délai d’environ 5 à 6 semaines était généralement nécessaire avant de recevoir ce document. Julien prend son mal en patience et utilise ses économies pour subsister et payer ses primes d’assurance maladie en attendant de toucher son premier salaire. Après plus de 10 semaines d’attente, toujours pas de carte et pas moyen de savoir si celle-ci va être délivrée ou si un problème était survenu, empêchant de prendre une telle décision. Impossible non plus d’estimer un délai de réponse, car les fonctionnaires en charge de cette petite formalité ne son pas joignables et ne veulent surtout pas être dérangés de leur planque. Avec un emploi, mais sans travail et donc sans revenu, Julien se voit contraint de chercher un autre boulot en attendant que cette situation se décante. Pas facile évidemment et franchement frustrant, lorsqu’on a déjà un contrat en poche. Un peu réticent, mais ses économies fondant comme neige au soleil, Julien décide de se rendre quand-même au chômage. Mais là aussi il est coincé : comment toucher le chômage alors qu’on est déjà engagé ? Démissionner avant de commencer son emploi ? Julien y a aussi songé, mais il devra rembourser ses frais de formation de CHF. 800,00. Pas facile non plus lorsqu’on est sans revenu depuis plus de 2 mois…

Tout simplement scandaleux. Faire poiroter les gens de cette manière, alors qu’ils pourraient et devraient travailler, n’a pas l’air d’être la première préoccupation de nos fonctionnaires. Ils sont surement trop débordés. Normal, ils ne sont que trois fois plus nombreux que dans les autres cantons.

15:21 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | |

Commentaires

Scandaleux

Écrit par : Cohen | 27/10/2018

Vous avez raison de râler, étant donné la gravité de la situation de ce jeune homme. Ce n'est pas le seul scandale dans le secteur de l'emploi à Genève, comme tout le monde le sait, sauf certains qui ont intérêt à ne pas le savoir ou à faire semblant.

Écrit par : Mère-Grand | 27/10/2018

Cet environnement délétère n'est plus supportable pour celui de la classe moyenne qui travaille de manière productive et dont le revenu disponible, après passage en force du fisc, reste parfois tout juste suffisant pour joindre les deux bouts.
L'obésité morbide de l'appareil d'État (avec ses privilèges) et l'importance de l'État social, fruits d'une politique de l'arrosoir pratiquée par la gauche avec assiduité, est d'une indécence nauséabonde.
Tout le mal genevois vient de cet état de fait qui interdit tout espoir d'amélioration des finances publiques et donc de la pression fiscale.
Mais ce n'est pas à la gauche qu'il faut en vouloir mais à l'insoutenable absence de tout courage politique des forces qui lui sont opposées.

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 27/10/2018

C'est quoi cette histoire que vous nous racontez M. Cohen,
Julien à démissionné de son poste suite à l'obtention d'un CFC et aurait entamé une nouvelle
formation qui lui a couté 800.- pour travailler dans la sécurité ? Avec port d'armes ?

Pour vous une carte de légitimation établie par le Service des Armes, Explosifs et Autorisations pour travailler dans la sécurité est une petite formalité ?
Si Julien est Français ? le délai est plus long (vérification casier judiciaire en France, etc...)

J'espère que nos autorités vérifient précautionneusement les demandes de légitimation, (pas de fichés S, SVP) la voilà la première préoccupation. Pour Julien j'espère que sa situation va se décanter rapidement et que sa famille ou amis pourront l'aider en attendant.

PS Dommage vous n'avez pas un ami fonctionnaire qui pourrait vous expliquer la réalité des deux côtés du guichet !! tu parles d'une planque... Ma copine est infirmière aux HUG, si vous saviez...

Écrit par : tartempion | 27/10/2018

Ce cas n'est pas le seul car nos ronds de cuir n'ont aucune estime des personnes qui travaillent dans le privé. Ils oublient que, sans le privé, ils n'auraient pas de salaire ni retraite puisque c'est uniquement grâce aux employés et patron du privé qu'ils peuvent vivre. Il a y d'un côté les productifs et de l'autre les improductifs !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 27/10/2018

Nos services sociaux logent et entretiennent à 100% tous les toxicos/dealers présent dans le canton, eux n'ont donc pas besoin de trouver un travail pour subsister! Et ils se baladent avec plus de 600.-/800.- de fringues sur eux avec bien sûr le/les derniers portables à la main, elle est pas belle la vie en .......................Suisse???? Et c'est exactement la même chose partout en suisse........pour les toxicos/dealers!!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 27/10/2018

Si il a un contrat pour une période ultérieure, en quoi le chômage peut-il refuser d'entrer en matière ?

Écrit par : Corto | 27/10/2018

tartempion se distingue par son caractère bien ancré dans cette gauche qui choisit intentionnellement de jouer avec l'argent des contribuables, deux constat le premier, c'est l'obtention d'une licence d'agent de sécurité n'a rien à voir avec l'obtention d'un permis de port d'arme, et deuxièmement, "que fait la police" ?

Il y dix fois plus de véhicules d'agences de sécurité privée que de véhicules de police qui circulent à Genève, cela à cause du budget minable alloué à la police au vu de la recrudescence de la criminalité présente à Genève.

Écrit par : Corto | 28/10/2018

@M Yvan Descloux-Rouiller

Avec votre commentaire, nous atteignons un sommet de la dialectique économico-politique :

le privé, c'est bien. Exemple: les assurances maladie.

la fonction publique, c'est mal. Exemple . l'assistance sociale aux chômeurs.

J'attends avec impatience de nouveaux développements de votre vision lumineuse de la société. (C'est vrai que l'on ne rigole pas si souvent ...)

Écrit par : Sala | 31/10/2018

Chaque fonctionnaire embauché, c'est minimum 2 emplois en moins !

Écrit par : Corto | 01/11/2018

Il va falloir qu'ils se bougent le popo, si ils veulent assez d'agents de sécurité avant que Genève ne brûle complètement !

Écrit par : Corto | 01/11/2018

@Corto

Reconnaissez que vos chiffres peuvent être discutés...

Proposons cela : un fonctionnaire embauché, c'est 1,57 emplois en moins.

Certains parlent de 1.59, mais ne nous laissons pas séduire par ces artisans de la désinformation !

Donc : 1.57 - 1 (par fonctionnaire embauché, donc.) = 0.57 emplois en moins.

Vous conviendrez ( ou pas ) qu'à ce stade de la réflexion, il faut considérer

un aspect qualitatif : est-ce que ces emplois servent la société ?

Chacun sa réponse, évidemment.

Reprenez le cahier des charges de l'état, notamment en ce qui concerne la prise

en compte des personnes les plus faibles. Nul doute que vous arriverez à la

conclusion qui s'impose.

Écrit par : Sala | 01/11/2018

Sala, faites la comparaison entre l'Allemagne et la France !

En Allemagne (2016) 48 fonctionnaires / 1'000 habitants

En France (2016) 81 fonctionnaires / 1'000 habitants !!

Chômage Allemagne (2018) : 3,4%

Chômage France (2018) : 9.3%

Je vous rappelle également que l'Allemagne a accueilli des millions de chômeurs suite à l'unification de 1991 !

Écrit par : Corto | 01/11/2018

Sala, êtes-vous en panne d'argument ?

Ou alors, vous répandez votre propagande inconsistante pour vous repliez en attendant la suite ?

Écrit par : Corto. | 04/11/2018

Les commentaires sont fermés.